32. Sociopathe durable

Je reconnais devant mes frères que j’ai péché, en ayant de mauvaises pensées contre les gens qui mangent des graines, en râlant contre les couches lavables, et en omettant ponctuellement de trier mes déchets. Oui, j’ai vraiment pêché, c’est pourquoi je supplie Greta, les anges et tous les saints et vous aussi mes frères, de... Lire la Suite →

31. La roue libre de mon incompétence

Je suis la risée de mon peuple, de mes ancêtres, de mes voisins de la campagne. Je suis l’incarnation de la pédanterie, de la feignasserie, de l’insupportable morgue parisienne. Je suis un boulet tracté par trop de tierces personnes. Je reflète la lente agonie d’un art de vivre. Je suis une trentenaire qui n’a pas... Lire la Suite →

30. Mesdames X (attention pas drôle)

Peut être que parmi Mesdames X, certaines auraient dû se douter, en se mettant en couple avec leurs messieurs X, que leurs unions seraient pleines de bleus, et connaitraient bien peu de roses. Parmi celles-ci, et parmi les autres, beaucoup étaient sans doute déjà en leur for intérieur convaincues de ne pas mériter beaucoup mieux... Lire la Suite →

Chapitre final : Et vous chûtes

Vous n'aviez pas vu venir le début de votre vie à durée indéterminée. Vous vous pensiez en position de force. C'était arrivé un peu par hasard, comme ce/cette beauf chopé(e) en soirée, sur un malentendu en lien direct avec votre alcoolémie, dans la pénombre, le bruit et la confusion de votre pensée. Vous n'aviez pas... Lire la Suite →

Chapitre 24 : Politique, drame et caféine

LE CAFE, ce placebo contre la fatigue, drogue pseudo-sociabilisante, chaleur et problèmes cardiovasculaires, est une bien belle arnaque fondée sur une splendide appropriation culturelle (moi aussi je peux utiliser vos concepts à la con de hipsters militants de merde pour vous faire chier), à moins que les Ethiopiens ne touchent des royalties sur ladite boisson... Lire la Suite →

29. Oh oui le chômage

Commençons par un début sain et approprié : déso pour le silence radio des dernières semaines/mois (beaucoup de mois en fait), je fus très occupée à mettre fin, sans pitié aucune, dans l’hémoglobine et la joie, à mon contrat de travail à durée indéterminée (devenue soudainement très déterminée).   Le chômage tient de certaines positions... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer